La SNCF envisage de déléguer l’entretien de certaines “petites lignes” à des prestataires privés par soucis de rentabilité.

Des agents plus souples que ceux de la SNCF
Des agents plus souples que ceux de la SNCF

Des prestataires privés pourraient prochainement être en charge de l’entretien et de la rénovation de certaines petites lignes de la SNCF. Telle est la solution proposée aux régions par Patrick Jeantet, le PDG de l’entreprise ferroviaire, ce vendredi 5 octobre. Objectif : “faire baisser les coûts” alloués à ces prérogatives pour les régions par ailleurs responsables du sort de ces petites lignes. “On va le proposer sur une dizaine de lignes, qui sont des lignes en antenne”, des culs-de-sac, dans les régions qui le souhaitent”, a indiqué le dirigeant.

Des agents plus souples que ceux de la SNCF
“Ca sera un contrat, sans doute, entre SNCF Réseau – puisqu’on est propriétaire du réseau d’intérêt national, donc ça sera à nous de contractualiser -, mais on le fera de façon transparente avec les régions, qui seront au comité d’évaluation”, a-t-il précisé.

Certains exécutifs régionaux ont en effet demandé à la SNCF de pouvoir confier la rénovation ou l’entretien de certaines lignes à des partenaires privés, réputés moins onéreux. D’où ce “test”. “On retiendra celui qui a la meilleure offre qualité-prix”, a-t-il poursuivi, rappelant que la SNCF le fait déjà pour les lignes terminales de la desserte fret.

Il estime en effet que des acteurs extérieurs peuvent faire la différence sur ces petites lignes car leurs agents seraient plus polyvalents, là où les règles de la SNCF sont plus pesantes. “En réalité, un des sujets sur ces petites lignes, c’est là où la polyvalence joue beaucoup. C’est là où le fait aujourd’hui que l’on soit peu polyvalent handicape”, a reconnu le patron de SNCF Réseau, qui estime que ce différentiel de compétitivité s’estompe pour les plus grandes lignes.