Coups de feu tirés lors d’une manifestation dans le nord du Caucase, en Russie, à la suite d’un échange de terres

Des membres des forces de sécurité de la république russe d’Ingouchie auraient tiré des coups de feu en l’air alors que la foule protestait contre la ratification par les députés locaux d’un accord d’échange de terres avec la Tchétchénie voisine.

"Les forces de l'ordre ont tiré en l'air, personne n'a été blessé", a déclaré une source non identifiée à Interfax.
“Les forces de l’ordre ont tiré en l’air, personne n’a été blessé”, a déclaré une source non identifiée à Interfax.

L’Assemblée législative ingouche a voté 17 voix contre 3, jeudi, en faveur d’un accord signé par les dirigeants des deux républiques du Caucase du Nord la semaine dernière, qui délimite la frontière litigieuse tchétchène-ingouche. La cour constitutionnelle ingouche a remis en question la ratification, affirmant que l’échange de terres devait faire l’objet d’un référendum.

Des images de médias sociaux ont montré des foules défilant dans les rues de la capitale ingouche, Magas, au son retentissant de coups de feu, dont certaines en costume traditionnel portant le drapeau de la république à cheval. La volée de tir à la carabine automatique est parfois évoquée dans les vidéos de la manifestation filmée par la BBC Russia.

“Les forces de l’ordre ont tiré en l’air, personne n’a été blessé”, a déclaré une source non identifiée à Interfax.

L’agence de presse a annoncé que le gouverneur ingouche, Yunus-Bek Yevkurov, et plusieurs députés avaient tenté en vain de réprimer les manifestations.

Les responsables de la sécurité de Yevkurov ont ouvert le feu après que des manifestants lui ont jeté des bouteilles en plastique vides, selon les sites d’information Kavkaz.Realii et Kavkaz-Uzel.eu.

Yekaterina Sokirianskaia, responsable du Centre d’analyse et de prévention des conflits, a qualifié cette crise de «crise politique la plus profonde en Ingouchie depuis sa création en 1992».

L’assemblée législative tchétchène aurait ratifié l’accord sur l’échange de terres à l’unanimité.

L’Ingouchie et la Tchétchénie sont depuis des années en proie à la violence des insurgés islamiques.

Artyom Perekhrist, conseiller de Yunus-Bek Yevkurov, chef de l’Ingouchie, a déclaré à Reuters que jusqu’à 10 manifestants avaient accepté une invitation à discuter de leurs préoccupations avec les autorités et que la manifestation se finissait.

Par ailleurs, Yevkurov a appelé au calme dans une déclaration, affirmant que l’accord sur l’échange de terres en était un bon.

Originally posted 2018-10-04 16:25:38.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: