L’Université médicale de Tokyo nomme pour la première fois une femme à la tête de l’université, suite au scandale des examens truqués

L’Université médicale de Tokyo a officiellement approuvé mardi sa première femme présidente, suite de la récente découverte que l’université avait manipulé les résultats des examens d’entrée pendant de nombreuses années pour réduire l’inscription des femmes.

Tokyo_Medical_and_Dental_University_2

Le conseil a approuvé Yukiko Hayashi, qui a dirigé la physiopathologie à la faculté de médecine de l’université. Elle a battu un pédiatre lors d’une élection impliquant des professeurs le 19 septembre, après avoir demandé à l’école de faire amende honorable avec les candidats touchés par le traitement injuste de l’université.

Âgé de 56 ans, Hayashi, ancien élève de l’école, enseigne à l’université depuis août 2013 en tant que professeur principal et a été directeur adjoint du centre de diagnostic génétique de l’hôpital universitaire en février 2016.

Son prédécesseur Mamoru Suzuki, âgé de 69 ans, ainsi que le président de l’université Masahiko Usui, 77 ans, ont démissionné en juillet après des allégations selon lesquelles ils auraient assuré l’admission détournée du fils d’un bureaucrate en échange d’une subvention gouvernementale. Ils ont ensuite été inculpés pour ces allégations.

Au cours d’une enquête interne sur la question, il a été constaté que l’université avait délibérément réduit la proportion de femmes inscrites à l’école pendant au moins 12 ans en déduisant les points d’examen des candidates.

Le truquage visait à maintenir la proportion de femmes étudiant à l’université à environ 30% pour éviter la pénurie de médecins dans les hôpitaux affiliés, au motif que les femmes médecins démissionnent ou prennent de longs congés après s’être mariées ou avoir accouché.

La manipulation a provoqué une indignation généralisée au Japon et la crainte que cette discrimination ne soit pas limitée à cette école.

Le ministère de l’Education a déclaré plus tôt ce mois-ci que son enquête montrait que plus d’hommes que de femmes avaient réussi les examens d’entrée dans près de 80% des 81 écoles de médecine interrogées au cours des six dernières années.

En 2017, le Forum économique mondial a classé le Japon au 114e rang sur 144 pays en matière d’égalité entre les sexes.

Parmi les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques, le Japon a la plus faible proportion de femmes médecins à 20,4%.

Originally posted 2018-09-26 00:49:20.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: