Les investisseurs japonais ont applaudi l’annonce d’un accord commercial entre les États-Unis et le Mexique, dans la mesure où la désescalade des tensions commerciales devrait stimuler les exportations japonaises et favoriser l’afflux d’investissements dans le pays.

3dbc7083e227eb9eb3a2d12bcb27a1ce

Les investisseurs japonais ont exprimé leur optimisme quant aux perspectives économiques de leur pays après que les Etats-Unis et le Mexique eurent conclu un accord commercial bilatéral lundi. Le dollar s’est renforcé grâce à l’amélioration de la confiance des investisseurs à Wall Street, qui s’est traduite par un affaiblissement du yen, un avantage pour les exportateurs japonais.

L’accord américano-mexicain a stimulé l’appétit pour le risque des investisseurs internationaux, qui ont délaissé des valeurs refuges au profit d’opportunités plus lucratives. Le yen japonais, l’un des plus importants valeurs refuge au monde, a glissé de 0,2% à 111,26 yens par dollar mardi matin.

Par la suite, l’économie japonaise dépendante des exportations s’attend maintenant à une reprise de l’activité, car la faiblesse du yen rend les exportations japonaises plus compétitives sur les marchés internationaux.

Une désescalade des tensions commerciales en Amérique du Nord a également stimulé les transactions croisées, soutenant un afflux de capitaux d’investissement au Japon.

L’économie japonaise a rebondi au deuxième trimestre, progressant de 0,5% par rapport aux trois mois précédents, après une contraction trimestrielle de 0,2% au premier trimestre.

Le Japon sous influence

Cette accélération prévue des exportations japonaises permettra à l’économie du pays de poursuivre sur sa lancée, indiquant une nouvelle reprise de la croissance du PIB en fin d’année.
Auparavant, certains économistes s’inquiétaient de la croissance modérée des exportations japonaises, qui empêchait une accélération économique plus robuste.

Toutefois, l’accord américano-mexicain a atténué ces inquiétudes, les exportations japonaises semblant devoir enregistrer des gains modestes à court terme.

Reflétant l’optimisme renouvelé des investisseurs, le principal indice boursier du Japon, le Nikkei, a atteint son plus haut niveau en 11 semaines, touchant brièvement les 23 000.

L’augmentation de la capitalisation des sociétés ouvertes japonaises devrait stimuler les paiements des actionnaires et contribuer à une augmentation modeste des investissements du secteur privé, apportant un soutien supplémentaire à l’expansion du PIB.

Les principaux bénéficiaires de l’accord américano-mexicain au Japon sont, bien sûr, les constructeurs automobiles, qui comptent le plus sur les exportations et les ventes à l’étranger. Toyota, Nissan et Honda ont tous enregistré des gains d’investissement, suivis de près par les fabricants de pièces d’automobiles, tels que Denso, Aisin et Jtekt.
En outre, l’accord entre les États-Unis et le Mexique intervient après de longues négociations tendues. Certains investisseurs au Japon ont suggéré que Tokyo et Washington pourraient également parvenir à un accord commercial similaire, permettant aux fabricants japonais de renforcer leur présence aux États-Unis.

Cela indiquerait des revenus plus importants pour de nombreuses entreprises japonaises à moyen et à long terme.

La Banque du Japon

Parallèlement, la Banque du Japon (BoJ) a reçu un autre signal haussier du marché obligataire, accentuant la pression sur la banque centrale
commencer progressivement à mettre fin à ses politiques monétaires ultra-accommodantes. Le rendement des obligations d’État japonaises à 10 ans (JGB) de référence a augmenté de 0,005% à 0,095%, ce qui a exercé une pression à la hausse sur les taux d’intérêt naturels.

La BoJ a maintenu son taux à – 0,1 et zéro pour cent au cours des deux dernières années, mais des taux naturels plus élevés suggèrent qu’une telle politique pourrait ne plus être adaptée à la réalité du marché. Des rendements plus élevés soutiennent également un afflux d’investissements au Japon.