Le Japon subit une grave pénurie de main-d’oeuvre, une première de 44 ans.

Le Japon victime de sa démographie ?
Le Japon victime de sa démographie ?

Le ministère du Travail a indiqué que le taux des emplois disponible est de 1,63, contre 1,62 en juin. Le ratio signifie qu’il y avait 163 offres disponibles pour 100 demandeurs d’emploi, un pic sans précédent depuis janvier 1974.

Selon le ministère de l’Intérieur, le taux de chômage à l’échelle nationale s’est établi à 2,5%, contre 2,4% le mois précédent.

Un responsable du ministère a déclaré lors d’une conférence de presse que le marché du travail restait le plus tendu depuis un quart de siècle, la hausse du chômage étant imputable à un plus grand nombre de personnes cherchant à pourvoir des postes vacants.

Le nombre de chômeurs a augmenté de 60 000 à 1,72 million. Sur ce total, 390 000 personnes se sont lancées dans la recherche d’un emploi. Un grand nombre de travailleurs ont quitté leur emploi à la recherche de conditions plus favorables, selon les données suggérées. 700 000 personnes ont quitté leur emploi.

Les données mettent en évidence une pénurie de main-d’œuvre croissante dans un pays où la population vieillit rapidement, un problème qui risque de compromettre la croissance de la troisième économie mondiale.

Signe que la situation impose un changement sur le marché du travail insulaire, le Premier ministre Shinzo Abe a annoncé son intention d’accepter d’autres travailleurs étrangers à partir d’avril prochain en créant un nouveau visa et des conditions administratives aisées.

Le Japon comptait 66,36 millions de travailleurs en juillet, soit 40 000 de plus que le mois précédent. Le taux de chômage des hommes était de 2,7%, contre 2,3% pour les femmes.