L’une des plus grandes banques de Suisse, le Credit Suisse, a démenti des informations selon lesquelles elle aurait gelé les comptes de ses clients russes.

Ce changement n'a pas affecté les actifs des clients de la banque qui ne font pas l'objet de sanctions, a noté le représentant de la banque.
Ce changement n’a pas affecté les actifs des clients de la banque qui ne font pas l’objet de sanctions, a noté le représentant de la banque.

L’une des plus grandes banques de Suisse, le Credit Suisse, a démenti des informations selon lesquelles elle aurait gelé les comptes de ses clients russes. Un porte-parole de la banque a déclaré à TASS que la banque “a reclassé certains actifs soumis à des sanctions” et que cette activité n’a pas affecté les clients russes.

“Le Credit Suisse coopère avec des régulateurs internationaux dans des juridictions où la banque exerce ses activités en respectant les normes réglementaires, qui incluent également des sanctions contre la Russie. Suite aux récentes sanctions et restrictions réglementaires des États-Unis, le Credit Suisse a reclassé certains actifs en vertu de ces restrictions, des actifs sous gestion aux actifs sous garde. Un tel reclassement ne signifie pas le gel des avoirs », a souligné le porte-parole de la banque.

Ce changement n’a pas affecté les actifs des clients de la banque qui ne font pas l’objet de sanctions, a noté le représentant de la banque.

“Cela n’a conduit à aucune perte financière et à la formation de réserves. Le marché russe est l’une de nos priorités et nous continuons à suivre de près la situation”, a déclaré le porte-parole.

Auparavant, Reuters avait rapporté que le Credit Suisse avait gelé environ 5 milliards de francs suisses (5 milliards de dollars) d’argent liés à la Russie pour éviter de tomber sous le coup des sanctions américaines.

Le 22 août, les États-Unis prévoyaient d’imposer de nouvelles sanctions à la Russie pour son implication présumée dans l’empoisonnement de Sergei et Yulia Skripal dans la ville britannique de Salisbury.

Tout d’abord, Washington introduit une interdiction de fournir des produits à double usage à Moscou.

Le 2 août, les sénateurs américains des deux partis ont présenté un nouveau projet de loi renforçant les sanctions contre la Russie au Congrès. En particulier, le document stipule un élargissement des restrictions imposées aux secteurs énergétique et financier de la Russie, à ses magnats et à ses entreprises publiques, ainsi que des sanctions contre la dette souveraine de la Russie. Il impose également une interdiction d’accorder des licences aux citoyens américains pour la participation à des activités liées à certains projets de production pétrolière dans la Fédération de Russie. Le projet de loi vise également à introduire des sanctions sectorielles contre les personnes agissant dans le cyberespace.