Le ministère russe de la Défense a déclaré mercredi que les autorités russes et syriennes avaient installé un centre de réfugiés en Syrie pour aider les réfugiés à rentrer chez eux.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, affirme qu'il n'est pas encore sûr pour les réfugiés de rentrer mais que cela aide ceux qui choisissent de revenir avec leurs documents.
L’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, affirme qu’il n’est pas encore sûr pour les réfugiés de rentrer mais que cela aide ceux qui choisissent de revenir avec leurs documents.

Le ministère a indiqué dans un communiqué que le Centre d’accueil, d’attribution et d’hébergement des réfugiés “surveillera le retour de toutes les personnes déplacées et des réfugiés syriens de pays étrangers vers leurs lieux de résidence permanents”.

La guerre en Syrie a tué environ un demi-million de personnes, chassé quelque 5,6 millions de personnes et déplacé quelque 6,6 millions de personnes.

Alors que l’armée syrienne, soutenue par l’Iran et la Russie, a recouvré le territoire, la carte du conflit a été redessinée de manière décisive en faveur du président Bachar al-Assad et la violence a disparu dans certaines régions.

Ces développements ont conduit des pays tels que le Liban voisin, où environ un quart de la population est réfugiée, à parler de plus en plus de réfugiés rentrant en Syrie.

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, affirme qu’il n’est pas encore sûr pour les réfugiés de rentrer mais que cela aide ceux qui choisissent de revenir avec leurs documents.

Le ministère russe de la Défense a déclaré dans une déclaration distincte que 336 500 lieux à travers le pays étaient prêts à accueillir les réfugiés qui rentrent chez eux.

Ces zones comprennent 39 000 places dans la ville de Douma, près de la capitale Damas. Douma est revenue sous le contrôle du gouvernement en avril après des années de siège et une campagne dévastatrice de bombardement.

Le ministère a également déclaré que des comités locaux ont été mis en place autour de la Syrie pour évaluer les infrastructures et les besoins des rapatriés, et des bus ont été attribués dans les entreprises de transport privées locales pour transporter les réfugiés.

Mercredi, 335 civils étaient rentrés de l’étranger, a indiqué le ministère. Parmi eux, 293 ont traversé du Liban et 42 de Jordanie.