Retour 2015: Le Japon a battu l’Afrique du Sud dans le plus grand choc de la Coupe du Monde de Rugby

Dans un ciel bleu clair, un coup de tonnerre éclipse tout ce que la Coupe du monde de rugby a jamais vu. Ce fut le plus grand choc de l’histoire du rugby, sans exception, le genre de résultat qui crée des remous au-delà du simple sport. S’il y a un concours même moitié aussi extraordinaire d’ici la fin d’octobre, ce tournoi aura été vraiment béni.

L'équipe de rugby du Japon victorieuse contre l'Afrique du Sud - Coupe du monde 2015 rugby
L’équipe de rugby du Japon victorieuse contre l’Afrique du Sud – Coupe du monde 2015 rugby

Les Brave Blossoms étaient plus que galant; du début à la fin, ils étaient tout à fait sensationnels. Brighton, autrefois une ville de football, a basculé comme jamais auparavant alors que les Japonais ont amené une équipe sud-africaine très expérimentée au bord de la raison et au-delà. Jusque dans les dernières secondes, il semblait qu’ils pourraient être terriblement courts, seulement pour leur ailier de remplacement né en Nouvelle-Zélande, Karne Hesketh, de plonger dans le coin lors du dernier mouvement du match pour remporter un triomphe soi-disant impossible. Crazy ne commence pas à le couvrir.

ll n’ya pas assez de mots pour saluer les efforts des joueurs japonais, notamment leur défenseur exceptionnel, Ayumu Goromaru, qui a marqué 24 points, ou son entraîneur-chef Eddie Jones. Le peloton, merveilleusement mené par le skipper Michael Leitch, s’est inspiré du début à la fin du match, au milieu du tigre, l’occasion presque surréaliste. Si un entraîneur, Tier 1 ou autre, doit prouver à une équipe qu’il peut confondre toutes les chances, il ou elle en a la preuve.

Les implications pour la poule B pourraient être immenses, bien que le calendrier des tournois exige désormais que le Japon affronte l’Ecosse à Kingsholm mercredi. Peuvent-ils reconstituer leurs batteries en quatre jours? Quant à l’Afrique du Sud, championne du monde en 2007 avec Jones comme conseiller technique, l’impensable se profile maintenant. Perdre à Samoa samedi et ils pourraient être tout sauf du tournoi avant même d’avoir commencé.

Quoi qu’il arrive ensuite, ce fut une journée pour confondre ceux qui prétendent que les nations d’élite du rugby domineront à jamais les prétendus meneurs du rang 2. Ce fut une occasion spéciale avant même que le ballon ne soit frappé. Combien de fois dans la vie rencontrez-vous des familles japonaises et des ex-expatriés sud-africains se promenant joyeusement ensemble à côté de la Manche, unis par un sport non pratiqué professionnellement dans la région?

C’était une journée magnifique sur la côte sud, aussi, une mer bleue étincelante faisant de son mieux pour rivaliser avec Durban. Comme ils ont grignoté leurs fish and chips sur les bardeaux et laissent la lumière du soleil cependant, personne n’a envisagé une telle pression de pilier sans précédent étant entassée sur l’Afrique du Sud. Le Japon, classé 13ème au monde, avait précédemment remporté un seul match de Coupe du Monde dans son histoire, contre le Zimbabwe en 1991. C’était la première fois qu’il affrontait l’Afrique du Sud; Les nations de niveau 2 ne sont pas censées habiter la même ligue. Cette vieille hypothèse confortable a maintenant explosé.

Le Japon a été plus clair dans ses pensées et ses actes tout au long de la rencontre, a fait varier les choses intelligemment dans l’alignement et a fait honneur aux entraîneurs de Jones et de ses lieutenants Steve Borthwick et Marc Del Maso. L’Afrique du Sud a présenté son équipe la plus expérimentée de l’histoire, arrosée de vainqueurs de la Coupe du monde et n’avait jamais perdu le premier match de ce tournoi. Ce n’était pas du tout évident que les chemises de cerisier et de blanc se déversaient en avant, les passes étaient lancées avec confiance derrière le dos et les énormes attaquants sud-africains étaient constamment martelés en arrière dans le plaquage.

Même après que François Louw eut rétabli un peu de son ordre en terminant un maul, le Japon a tout simplement remonté la pente, traitant les supporters sud-africains de la vue impensable d’un Bok retourné sur leur propre ligne pour essayer Leitch infatigable.

Alors que les Boks ont mordu presque immédiatement par Bismarck du Plessis, leur avance à la mi-temps de 12-10 n’a pas duré longtemps. Le calme et l’autorité de Goromaru ont ébranlé une autre pénalité sans intérêt, seulement pour un tacle raté de Masataka Mikami, tête-à-tête, pour envoyer le Lood de Jager de 6 pieds 9 pouces déchaîné à 30 mètres. Déplacez-vous comme De Jager: il y a un hit numéro un quelque part.
Le Japon a battu l’Afrique du Sud dans le plus grand choc de la Coupe du monde de rugby – en images
Plus impressionnant encore, cependant, était le rythme et la précision technique des Japonais, à la fois avant-gardistes et professionnels. De retour, ils sont revenus, l’ont brisé et ont causé une panique croissante dans les rangs de l’opposition. Pat Lambie, au grand désarroi de la foule, a décoché une pénalité à longue portée, mais les Boks ont à présent désespérément tué le ballon à la chute et Goromaru a ramené les scores à 22-22 à 20 minutes de la fin.

Un autre tacle manqué en tête-à-tête par un rameur a cependant permis à Adriaan Strauss de revenir en force pour un score très similaire à celui de De Jager. Cela n’avait pas d’importance; Le Japon a évoqué le déplacement du match, un joli ballon à l’intérieur de l’aile Akihito Yamada, créant l’espace pour l’irrésistible Goromaru, qui jouait son 53ème Test pour son pays, pour marquer un essai pour les âges dans le coin droit.

Cue pandemonium. Remarquablement, cependant, ce n’était que le prélude à un acte final encore plus époustouflant, Leitch refusant un coup de pied égalisateur potentiel au but de faire pression pour la gloire. Une poussée est allée au TMO mais il n’y avait aucune preuve concluante, laissant le Hesketh de 30 ans, né à Napier, pour appliquer le dernier poignard au moral de Springbok. Cela va sûrement suffire à inciter les autorités japonaises à agir ensemble et à faire en sorte qu’elles restent en tant qu’hôtes de la Coupe du Monde 2019 plutôt que de céder la place à l’Afrique du Sud en raison des inquiétudes sur les infrastructures et les coûts. Leurs représentants sur le terrain incroyablement courageux ne méritent pas moins.

Afrique du Sud Kirchner; Habana, Kriel, De Villiers (capt), Mvovo (Pietersen, 68); Lambie (Pollard, 57 ans), Pienaar (Du Preez, 57 ans); Mtawarira (Nyakane 54), B du Plessis (Strauss, 54), J du Plessis (Oosthuizen, 54) De Jager, Matfield, Louw, Du Toit, Burger Sin-bin Oosthuizen 78 Tries Louw, B du Plessis, De Jager, Strauss Cons Lambie 2, Pollard Pens Lambie, Pollar

Japon Goromaru; Yamada, Sa’u, Tatekawa, Matsushima; Ono (Makabe, 54 ans), Tanaka (Hiwasa, 66 ans); Mikami (Inagaki, 57 ans), Horie (Kizu, 67 ans), Hatakeyama (Yamashita, 54 ans, Thompson, Ono, Leitch (capt), Broadhurst, Tui (Mafi 45) Essaie Leitch, Goromaru, Hesketh Contre Goromaru 2 Stylos Goromaru 5

Originally posted 2015-09-19 22:20:19.

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: